"Il n'y a que ça qui le calme"

Voici une phrase que j'entends fréquemment lors des consultations! Enfin calmé = parent qui peut enfin souffler! Là, c'est la mère de 3 enfants que je suis qui vous comprend parce que OUI OUI on doit souffler, régulièrement et pas seulement 10 minutes pour scroller des vidéos de chats avant de s'effondrer...

Donc "ça le calme" est souvent : "je lui mets son dessin animé préféré", "je lui offre un tour de manège supplémentaire", "j'enlève finalement les brocolis de son assiette et je lui prépare ses nuggets" etc etc etc


NON je ne suis pas en train de dire que les parents en question sont nuls, permissifs, démissionnaires. Ils ont trouvé la seule solution qui, sur le moment, "calme" leur enfant (AKA arrête la crise). Je vais, sans jugement, vous expliquer simplement pourquoi sur le long terme (voire le court et trrès certainement le moyen terme) c'est parfois la pire des réactions à avoir. **DISCLAIMER** je parle de situations inventées, non réelles et je les extrapole pour expliquer un principe comportemental, ne prenez pas ça pour "ce qu'il faut faire si l'enfant réclame un dessin-animé" (parce que c'est cool les dessins-animés et que tous les enfants devraient y avoir accès, soyons honnêtes c'est pas comme si notre génération avait eu un contrôle parental sur le club dorothée..)


Je vais maintenant vous parler en ABA, bref en termes comportementaux. Ces parents ont apporté une conséquence renforçante à des comportements (bien souvent) inadaptés tels que "l'enfant jette l'assiette", "l'enfant crie", "l'enfant se jette parterre" (oui je force le trait) = la conséquence apportée (retirer le brocolis, donner le dessin animé, sortir les nuggets etc) augmentera la probabilité que l'enfant reproduise (plus régulièrement, avec une plus grande intensité) ce même comportement dans le futur.


Je me répète: il n'y a rien de mauvais à nourrir ses enfants de nuggets avec Tchoupi en Dolbi Surround, ma seule remarque en tant qu'analyste du comportement étant: LE TIMING. Si c'est juste après avoir jeté parterre son assiette/frappé le frère ou la soeur, c'est bien CE comportement que les parents renforcent.


Ainsi, si l'on revient à "Calmer mon enfant" en lui apportant des choses que tout enfant veut et est en droit de demander (Tchoupi, les nuggets, la chanson de la reine des neiges en boucle) pose seulement un problème sur la MANIERE de demander ce qu'iel souhaite: en criant, en jetant les -certes peu appétissants- brocolis vapeur au sol violemment, en donnant un coup dans le petit frère/la petite soeur qui passait par là.


Non, nous parents ne sommes pas là pour enseigner que les écrans C'EST MAAAALL et que les légumes verts c'est la (seule) vie.


Eduquer, avec amour et dans une logique comportementale c'est bien d'apporter (sans promesse ni menace) des conséquences agréables aux comportements adaptés lorsqu'ils se produisent (breaking news: AUCUN enfant n'a QUE des comportements inadaptés), d'enseigner les comportements manquants au répertoire (l'enfant ne sait pas demander l'accès à la switch de façon adaptée, par exemple il jette la manette parterre, on lui enseigne la demande adaptée pour accéder à la switch) et enfin si c'est nécessaire -avec la validation d'un-e analyste du comportement certifié-e- la réduction des comportements inadaptés (si il jette à nouveau la manette parterre par exemple).


En langage normal ça donne: j'observe VRAIMENT ce que mon enfant aime et déteste, je l'observe tout court, je lui enseigne la façon adaptée de demander ces choses en question, je lui donne accès à ce qu'il aime et ce dont il a envie lorsque son comportement est adapté (en évitant à tout prix encore une fois la promesse/la menace = "puisque tu as été comme ça tu as droit à ça...".


Une fois que c'est vraiment appris, ok, la fois où l'enfant se jette parterre pour éviter les brocolis (que l'on sait maintenant qu'il apprécie dans mon exemple imaginaire), on peut attendre patiemment (oui c'est la phase difficile) qu'il réalise que ce comportement ne lui apportera plus les nuggets seuls. Aussi, qui donnerait des brocolis seuls à un enfant? Avec des nuggets ce serait quand même un repas plus adapté, non? Prochain post: comment faire pour que l'enfant ne mange pas les 8 nuggets sans jamais toucher un micro bout de brocolis.


Comportement vôtre,


Marion